Quelles sont les formations en rédaction web à suivre pour devenir rédacteur freelance ?

Alexandre Montenon

Par Alexandre Montenon

15 / 06 / 2022

Temps de lecture : 9 minutes

J’ai commencé mon activité de rédacteur web en 2010. Et je ne te raconte pas comment c’est loin, 2010.

À l’époque, on ne trouvait pas une formation rédaction web. On devait apprendre le métier tout seul.

C’était aussi une époque où on était seulement deux ou trois rédacteurs sur le marché. Autant te dire qu’il y avait de la place pour se lancer.

Mais aujourd’hui aussi.

Dis-toi qu’un marché qui attire de plus en plus de nouveaux freelances est un marché qui se porte bien.

Il y aura donc toujours des clients.

Mais comment te démarquer des autres rédacteurs web freelance qui débarquent sur le secteur ?

Comment faire en sorte que TOI, tu deviennes la perle rare aux yeux de ton prospect ?

Eh bien ça passe tout simplement par tes compétences. C’est ça, qui fera dire à ton client que tu es quelqu’un de doué.e. Quelqu’un qui connait son métier sur le bout des doigts.

J’entends souvent autour de moi : « je suis bon en orthographe et en grammaire, je vais me lancer à mon compte dans la rédaction web ».

Et c’est là où beaucoup se trompent.

Ce n’est pas parce que je sais faire du pain au levain dans ma cuisine, que je vais monter ma propre boulangerie.

La rédaction web, surtout SEO, demande bien plus de compétences qu’une simple plume.

Oui oui, c’est déjà un bon point de savoir écrire.

Mais est-ce que ça suffit ?

Non.

Clairement, non.

Alors, quels sont les points sur lesquels tu as besoin de te former pour devenir rédacteur web ?

La rédaction SEO

On dit souvent que rédiger pour le web, c’est créer du contenu pour le rendre visible dans les moteurs de recherche.

Et par moteur de recherche, soyons clairs : on parle de Google, hein !

D’ailleurs, pourquoi c’est important d’être bien référencé dans Google ?

Je te le donne en 1000.

Parce que 70% des internautes cliquent plutôt sur un lien dans les résultats de recherche que sur un lien publicitaire.

Et aussi parce que 44% des consommateurs commencent par utiliser un moteur de recherche lors de leur procédure d’achat.

Ouais, j’aime bien les chiffres. Ça donne une idée bien précise des enjeux que l’on cible.

Donc, tu dois être idéalement positionné dans le TOP 3 des résultats Google quand on tape un mot clé pour avoir un maximum de visites.

Tu l’auras compris du coup : rédiger ne suffit pas pour être rédacteur web.

Il faut comprendre l’algorithme de Google et savoir adapter le contenu aux critères de ses robots (qu’on appelle des crawlers).

Et il y a tout un tas de choses à savoir :

  • Savoir trouver des mots clés
  • Comprendre l’intention de recherche
  • Définir un champ sémantique
  • Optimiser la longue traine
  • Choisir les bons mots clés de longue traine
  • Rédiger une balise TITLE et une méta description,
  • Créer un maillage interne, etc.

La liste est longue.

Définition pour les Nuls : le champ sémantique

Prenons un exemple simple, avec le mot clé «rédaction web ».

Google comprendra que ton texte parle de ce mot clé si ton contenu utilise un ensemble de mots sémantiquement proches :

  • Rédaction de contenu
  • Stratégie éditoriale
  • Contenu de qualité
  • Optimisation SEO
  • Conception-rédaction
  • Contenu dupliqué
  • Contenus éditoriaux
  • Journaliste web

C’est ça, le champ sémantique : ce sont tous les mots qui s’articulent autour de ton expression clé et qui enrichissent son contexte.

Et une fois que tu auras bien saisi toutes les nuances de la rédaction web SEO, tu devras activer la compétence n°2 du rédacteur : le copywriting.

On voit ça tout de suite !

Pour aller plus loin : Formation rédacteur web : 7 astuces pour devenir rédacteur web

Le copywriting

Quand un client va te contacter pour créer du contenu, il aura concrètement deux objectifs :

Et c’est quoi le taux de conversion ?

C’est le pourcentage de visiteurs que tu arrives à transformer en acheteurs.

Par exemple, si tu as 10 visiteurs sur ton site web, et que tu en as 3 qui achètent un produit sur ta boutique, tu auras un taux de conversion de 30%.

Et c’est donc là que le copywriting intervient.

Avec des techniques de rédaction persuasive, comme la pyramide inversée, les 4 « U », les 5 objections universelles, ou encore les méthodes PAS, PASTOR et AIDA.

Ces techniques de rédaction persuasive vont permettre de motiver le lecteur dans son acte d’achat, ou pour tout autre objectif :

  • Télécharger un livre blanc
  • Prendre rendez-vous via le formulaire de contact
  • Visiter une fiche produit
  • Consulter une page de vente, etc.

Définition pour les Nuls : le livre blanc

En gros, le livre blanc est un document PDF téléchargeable par tes lecteurs, et qui met en avant ton expertise sur une problématique bien précise.

Imaginons que tu te lances en tant que masseuse freelance, et que tu veux vendre de la formation pour aider les gens à devenir eux aussi masseurs indépendants.

Eh bien tu peux par exemple rédiger un livre blanc du genre « le protocole à suivre de A à Z pour un massage des pieds ».

Pour le télécharger, ton lecteur devra alors remplir un formulaire, en laissant son adresse mail pour recevoir ton livre blanc par mail.

Adresse mail que tu pourras réutiliser pour du mail marketing par la suite.

Mais revenons à nos moutons…

C’est en appliquant les techniques de copywriting que tu sauras accroitre le taux de conversion de ton contenu et générer plus de ventes.

Voilà voilou.

Et c’est quoi la suite ? On passe à quelque chose d’un peu plus pointu : le référencement naturel.

Le référencement naturel

Imagine ton client qui t’appelle, et qui te dit :

« Je ne comprends pas, j’ai fait une redirection 301 vers une page profonde, j’ai fait pointer des backlinks vers elle et pourtant, elle n’apparait toujours pas dans les SERP. »

Tu piges que dalle ?

D’où l’intérêt de te former en référencement SEO.

Pour comprendre le langage de ton client et savoir répondre à ses problématiques.

Et surtout, ce sera aussi l’occasion pour toi de proposer davantage de prestations à ton client, plutôt que de rester sur de la simple rédaction web.

Quand j’ai commencé, je ne vendais que de la rédaction de fiches produits, de pages web ou d’articles de blog. Et c’est tout.

Au bout d’un moment, je me suis formé en SEO pour rajouter (entre autres) des prestations de :

  • Netlinking
  • Cocon sémantique
  • Audit sémantique

Si tu ne connais pas non plus ces mots, c’est que tu dois vraiment creuser le sujet du référencement naturel.

À lire aussi : Qu’est-ce que le SEO : comprendre le référencement naturel quand on débute

Définition pour les Nuls : le netlinking

Le netlinking, ça consiste à demander à un autre site de faire un lien vers toi. C’est ce que l’on appelle un backlink.

Plus tu auras de backlinks provenant de sites de bonne qualité, plus tu vas gagner en popularité aux yeux de Google.

Et plus tu gagneras en popularité, plus Google fera grimper ton positionnement dans ses résultats de moteur de recherche.

Tu as compris l’idée ?

Tiens d’ailleurs, si tu es déjà rédacteur SEO et que tu veux grandement améliorer tes compétences en référencement naturel, tu peux aller voir du côté de Matthieu Verne (je bosse avec lui depuis 2013).

Il a créé une super formation qui s’appelle Rédacteur+++.

Bref.

Passons à la dernière compétence que tu devras acquérir pour une formation en rédaction web complète : la stratégie de contenu.

La stratégie de contenu

C’est la dernière formation dont tu auras besoin.

C’est celle qui va te permettre de devenir une perle rare aux yeux de ton client.

C’est celle qui va te permettre de devenir force de proposition.

C’est celle qui va te différencier des autres rédacteurs web.

Car quand ton client va t’appeler et te dire :

« Salut Lucile, j’aimerais bien te confier la rédaction de 4 articles de blog par mois, mais j’ai zéro idées pour les sujets »

Tu vas lui répondre quoi ?

De te rappeler quand il aura trouvé des idées ?

Non.

Tu lui diras plutôt :

« Pas de soucis Jean-Paul, je peux te les trouver moi, ces idées de contenus. »

« Et tu sais quoi, Jean-Paul ? Je vais même faire mieux. Je vais te trouver des idées de contenus pour les 3 prochaines années ».

Ça te semble irréalisable ?

Et pourtant, c’est totalement faisable.

En te formant sur la stratégie de contenu, tu sauras créer une carte mentale, trouver des idées de contenus et élaborer un calendrier éditorial.

Définition pour les Nuls : le calendrier éditorial

C’est tout simplement un planning éditorial qui s’articule autour de plusieurs critères : la date de publication, le sujet de l’article, les mots clés (mot clé principal et mots clés secondaires), les sources, etc.

Ça a l’air simple dit comme ça, mais va trouver 52 sujets d’articles pour les 52 semaines de l’année 2022.

Eh bien, si tu te formes sur les techniques de content marketing, tu sauras le faire !

Je te conseille d’ailleurs ce super site pour ton calendrier éditorial : Monday.com

Tu as eu la flemme de tout lire ?

Pas de soucis, je te fais un résumé dans les grandes lignes.

Pour devenir rédacteur web, tu dois continuellement te former.

Savoir écrire et rédiger en bon français ne suffit pas. Ton client t’attendra au tournant.

Lui, ce qu’il veut, c’est que tu saches :

  • Rendre son site visible grâce à un contenu pertinent et optimisé pour le référencement naturel
  • Accroitre son CA en rédigeant un contenu qui convertit son lecteur en prospect

Je te rassure, tu y arriveras. Mais tu devras te former sur les 4 points suivants :

  • La rédaction SEO
  • Le copywriting
  • Le référencement naturel
  • La stratégie de contenu

Alors, qu’est-ce que tu répondras désormais, à quelqu’un qui te dira : « je suis bon en orthographe et en grammaire, je vais me lancer à mon compte dans la rédaction web » ?

PS : tu ne penses pas réussir à t’auto-former sur tous ces sujets-là ? Pas d’inquiétude, j’ai créé une super formation qui t’apprendre tout ça :

Créateur et rédacteur web, par Alexandre Montenon

Ma formation

Devenir rédacteur web

Découvre ma formation pour te lancer à ton compte en tant que rédacteur web freelance :

 

  • Rédaction pour tous les types de supports
  • Optimisation SEO des contenus
  • Intégration dans les CMS
  • Copywriting
  • Trouver des clients
  • Et bien d’autres encore